La Suisse manque cruellement d’organes pour ses patients en attente de transplantation. Le consentement par défaut pourrait-il résoudre la crise ? Si certains y voient un acte naturel, d’autres considèrent cela comme du vol

L'expert Delphine Carré