En Suisse romande, plus de 4 personnes sur dix affirment souffrir de solitude. Mais de quelle solitude parle-t-on ? Celle que la vie nous impose, ou celle que nous choisissons?