Animal de compagnie: la mort dans l’âme

Nous sommes toujours plus nombreux, en Suisse, à confier la dépouille de notre animal de compagnie à un crematorium animalier, pour récupérer les cendres de Médor ou Felix dans une petite urne. Auparavant, la plupart des carcasses finissaient à l’équarrissage, transformées en graisses industrielles. Ce changement en dit long sur l’évolution de notre lien aux animaux. Sommes-nous en train de vivre une révolution de l’anthropocentrisme occidental et chrétien?

La Thematique PHILOSOPHIE

L'emission Faut pas croire