À 50 ans, je suis au chômage

Ils ont passé la cinquantaine et brutalement, c’est le couperet: plus d’emploi, le licenciement, puis l’épreuve du chômage. Des semaines puis des mois et des années et plus rien ne vient. Des centaines de lettres de motivation envoyées, sans aucun entretien au bout. Désormais, se retrouver au chômage, en Suisse, à 50 ans peut se transformer en piège qui mène à la précarisation, quelle que soit sa carrière professionnelle.

L'expert René Knüsel

L'emission Temps présent