La Suisse glisse-t-elle vers une société de l’infaillibilité?

Sommes-nous en train de nous diriger vers une société "zéro défaut", dans laquelle tout comportement se doit d’être éthique, dans laquelle les acteurs publics doivent être transparents et plus blancs que blanc pour être reconnus comme légitimes?