Nos masques vont-ils tous finir dans la nature?

On en trouve de plus en plus par terre, sur les trottoirs ou même les plages... Les masques chirurgicaux utilisés pour lutter contre la propagation du coronavirus sont fabriqués en polypropylène, c’est-à-dire en plastique. Doit on se préparer à une gigantesque pollution? Et comment y remédier?

L'institution EPFL